La cathédrale St Nazaire

5 Déc 2016

Les participants

  • BALLAGUER Anne-Marie
  • CALL Danielle
  • CAMILLERI Joseph
  • DELOUR François
  • DOUMENC Jean
  • JULIEN Alain
  • MADAIRE Robert
  • MOULIS Elise
  • NESEN Suzanne
  • NITUS Jean-Pierre
  • PATROUIX Françoise
  • RAGONNAUD Jean-Claude
  • SANCHEZ Marie-Paule
  • TREBOSC Marie-Louise
  • VOËT Irénée

Publication ISSUU

Vous pouvez lire la publication sur la cathédrale St Nazaire de Béziers ICI

La cathédrale St Nazaire de Béziers

Pour nous Biterrois photographier la cathédrale St Nazaire et St Celse, si l'on désire sortir des clichés classiques, il nous faut absolument approfondir l'histoire de sa construction.
Une enquête exceptionnelle a été réalisée par Mr Norbert Breton j'en retire 4 points importants

       1 Au début du XII siècle un architecte renommé appelé Maître Gervais a construit une cathédrale de dimensions très importantes dont il subsiste des restes dans la presque totalité du transept et de l'avant choeur actuel. Il s'agissait du plus grand édifice roman de la région avec une voûte (et non une charpente), une allée centrale et deux collatéraux. La connaissance du nom de l'architecte qui à l'époque n'était jamais mentionné démontre le prestige à la fois de l'édifice et de son concepteur.

        2 Vers 1170 à la suite du meurtre de Trencavel et les tensions qui ont accompagné cet évènement, l'évêque a fait fortifier son église intérieurement et extérieurement.

       3 En 1209 lors de la croisade des Albigeois, la cathédrale est en grande partie détruite par le feu. Par la suite toute la partie à l'est du clocher est abandonnée. Les voûtes du transept et de l'avant-choeur sont refaites.

       4 Le dessin de la Chanson de la Croisade constitue un document exceptionnel, non totalement encore exploité, de l'évènement de 1209. Il a déjà permis de découvrir les éléments suivants : le camp des Croisés était situé sur le plan Saint Jacques, il existait une tour de grandes dimensions (plus de 80 mètres de haut) à proximité immédiate de la cathédrale, celle-ci se prolongeait à l'est et occupait une partie de la place de la Révolution.

Il conviendra donc de faire apparaître dans nos photos :

La diversité des styles présents dans la cathédrale

Style roman du transept, de certains piliers de la nef, de la frise dorique près du coeur. A noter que la datation d'une voûte centrée dans la partie romane de l'édifice démontre que la cathédrale a été construite à l'époque charnière du gothique.
Style gothique de la nef et de ses voûtes.
Style baroque du choeur avec sa colonnade de marbre rouge et son autel en marbre polychrome.

La sacristie

Chef-d'oeuvre exceptionnel. Construite par l'évêque Guillaume de Montjoie en 1442 elle a été dédiée aux apôtres. Cela a été confirmé par la présence d'une voûte à 13 clés (douze apôtres + jésus) Son caractère symbolique est très marqué. Le plan de base est un plan carré dit « à plan centré » De tels édifices sont construits lorsque une personne tient à dire « je suis au centre du monde » en conséquence on les trouve dans des capitales. D'une façon générale le carré symbolise la terre et la demi-sphère surmontant un édifice à plan carré la voûte céleste et donc le ciel.

La sacristie, à plan carré, surmontée d'une voûte presque hémisphérique symbolise l'association de la terre et du ciel.

Quelle idée du pouvoir pouvait donc se faire l'évêque maître de ces lieux ?

La luminosité de la cathédrale

La cathédrale romane primitive de par sa hauteur, ses voûtes, sa luminosité (oculus nombreux et galeries éclairées) témoignent de la transition avec le gothique.

Les soirs d'été vers 19h la lumière passant à travers la rosace située à l'ouest illumine et colore les personnages du choeur d'une façon irréelle. Saint Nazaire et Saint Celse semblent surgir d'une lumière divine.

L'orgue

Le grand orgue a été construit par guillaume Ponchet et le buffet par guillaume Martois. Il a fallu 10 ans pour le réaliser (1623-1633) L'orgue est soutenu par des cariatides qui ressemblent à des divinités grecques exprimant l'abondance (symbolisée par des corbeilles de fruits).

Au dessus sont sculptés des instruments de musique (flûtes et guitares) Au dessus encore des musiciens jouent de la harpe et de l'orgue. Tout à fait au sommet des anges soufflent dans des trompettes et au milieu le Christ ressuscité.

La symbolique parait évidente : c'est l'abondance terrestre qui permet la réalisation d'instruments de musique qui permettent de magnifier la gloire de dieu.


Mais ce qui me trouble le plus c'est qu'au cours de la construction de tous les édifices depuis l'antiquité l'axe est ouest a été conservé. Les hommes qui ont bâti ces monuments avaient une spiritualité forte et au-delà des religions espéraient peut être une résurrection ?

Propos recueillis par François Delour pendant la visite guidée de la cathédrale par Norbert BRETON.

© François DELOUR
libero Praesent sem, non dapibus Praesent Aliquam Curabitur ut ipsum